12 décembre 2008

Comment fonctionne le conte ?

     Comment fonctionne le conte ?             

                         Il a un début, une situation initiale de manque

                         Une fin, une situation finale de négation de ce manque

                         Entre les deux, le récit avance grâce à un acte d’un héros, d’un personnage.

Les personnages indispensables au déroulement du récit dont ils sont les actants se divisent en héros et anti-héros. Ils sont réduits à une fonction sociale ou psychologique : le roi, la reine, le pauvre, le riche, le bon, le méchant. Leurs portraits tiennent en une ou deux lignes.

De quoi parle le conte ?

Il a l’homme comme recherche. Il nous parle des évènements importants de la vie, la naissance, la mort, la logique du grandir. Le héros quitte sa mère qui ne peut plus le nourrir et à la fin du conte il a acquis un statut social, il se transforme, subit des épreuves, affirme son identité.

Cette logique du grandir n’est pas dite mais montrée dans des images qui s’adressent directement à notre inconscient.

Pourquoi raconter des contes aux enfants ?

Parce que l’enfant perçoit bien le sens de cette logique du grandir. Les contes parlent des difficultés de la vie, il y est souvent question de vie, de mort, d’abandon, de jalousie, de ruse, d’amour.

« Tout cela fait partie de la construction du sujet, personne ne peut y échapper, de tels mouvements sont inscrits dans le livre psychique du chacun »

Evelio Cabrejo Para

Les contes aident l’enfant « à mettre en scène » les conflits intérieurs qu’il doit résoudre. Ils offrent à l’enfant une image de lui complexe, et le questionnent sur son identité, son rapport au monde.

La simplification des contes, les personnages réduits à une fonction correspond aux besoins de l’enfant qui vit toutes les situations à l’extrême. Ce monde clarifié l’aide à éclaircir ses sentiments contradictoires (en particulier à l’égard de sa mère).

Les contes qui intéressent le plus le jeune enfant sont ceux où l’on joue avec la perte parce qu’en même temps on sait que cela se terminera bien.

La peur du loup ou de l’ours, c’est la représentation de tout ce qui va être menaçant dans le vaste monde.

Apprendre à l’enfant à bien maîtriser ses peurs, ses émotions, c’est en fait le protéger.

Quels contes pour les plus petits ?

Dès 2 ans 1/2 - 3 ans, on peut raconter Les Trois Petits Cochons, Boucle d’Or, Le Petit Chaperon Rouge, Le Petit Poucet. Cela dépend du temps d’écoute de l’enfant.

Avant 3 ans, on peut raconter, lire des randonnées où des phrases rituelles ponctuent le récit. Exemple : La Petite Poule Rousse et ses Trois Amis, La Chasse à l’Ours, Le Ver Dodu, Roule Galette; La promenade de Monsieur Gumpy, jeux de mots, jeux de rimes qui réjouissent toujours les petits et les grands.

Attention aux vraies versions des contes :

-          Les trois petits cochons (un seul cochon reste en vie !)

-          Boucle d’Or (elle s’en va, nul ne sait où...)  "


Conte Africain

Léeboon !
Lippoon !
Il était une fois !
C'est arrivé souvent !

C'était arrivé dans les temps passés, quand les animaux parlaient avec les hommes. Il y avait une femme mauvaise, avec ses quatre fils. Ils habitaient au milieu de la brousse. Le père des enfants mourut quand le cadet vint au monde : celui-ci s'appelait Tôni. La mère pensa que l'enfant était un porte-malheur. Elle le détesta aussitôt. Quand elle revenait de chasse, elle appelait les enfants, un par un, ils tétaient tous sauf Tôni. Elle chantait, disant :
"Diamloro Diamloro viens téter,
Diamloro viens téter
Diamloro Cissé, viens téter,
Diamloro Cissé, viens téter,
Birama Cissé, viens téter,
Birama Cissé, viens téter,
NDama Cissé, viens téter,
NDama Cissé, viens téter ;
Que Tôni attende sa mère Yallah !"

Elle faisait ainsi maintes et maintes fois. Mais la méchante femme ne savait jamais qu'Allah apparaissait à Tôni en génisse blanche pleine de lait, et le nourrissait.

Un jour, un malheur tomba sur la mère. Elle revint de la brousse et entonna la chanson qu'elle chantait pour appeler les enfants. Juste à ce moment Bouki-l'hyène passait. Ce dernier écouta la chanson, l'apprit jusqu'à bien la savoir.

Un jour, la maman des enfants s'en alla chasser, Bouki passa derrière elle, imita sa voix et chanta le refrain. Les enfants sortirent un par un, Bouki les mangeait au fur et à mesure, sauf Tôni, qui se cacha.

Quand la mère revint de la brousse, en chantant, personne ne lui répondit, elle s'étonna beaucoup. Peu de temps après, elle entendit une voix familière lui répondre :
"Diamloro, Diamloro,
Diamloro Bouki l'a pris
Birama Cissé, Diamloro,
Birama Cissé, Bouki l'a pris,
Ndama Cissé, Diamloro,
Ndama Cissé, Bouki l'a pris,
Tôni seul est resté avec Allah sa mère."

Quand elle entendit cela, elle lança un cri perçant et s'enfuit dans la brousse.
C'est de là que le conte est parti dans la mer, le premier à le respirer ira au paradis.

Ce conte est extrait du recueil Contes sérères n°2 rassemblé par Raphaël Ndiaye et Amadou Faye

Pour écouter http://www.conte-moi.net/home.php

lireetecrire

Posté par GARCIAPATRICK à 09:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Comment fonctionne le conte ?

Nouveau commentaire